Deutsche Sprache Website in English

Installez le plugin Flash pour voir l'animation : Cliquez ici pour le télécharger

Réservez en ligne!
Diminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimerVersion PDFPlan du site
Voir la carte interactive GooglemapVotre carnet de voyage


Idées séjours


L'Alsace... toute une histoire !
3 jours / 2 nuits

A partir de 190 Euros /pers.

> Plus d'infos

Bonjour Strasbourg en famille
3 jours / 2 nuits

A partir de 90 Euros /pers.

> Plus d'infos

Séjour en terre brassicole
2 jours / 1 nuit

A partir de 75 Euros /pers.

> Plus d'infos

Vivez l'Alsace authentique !
3 jours / 2 nuits

A partir de 207 Euros /pers.

> Plus d'infos

Les types de sites à visiter


Les synagogues

Des synagogues du Moyen-Age, ne subsistent que très peu de vestiges. Puis, du 14ème au début du 18ème siècle, leur construction fut généralement interdite. Le plus souvent, c’est à l’étage supérieur d’une maison d’habitation que se déroulait le culte. L’acquisition de la citoyenneté va déclencher au 19ème siècle, la construction de synagogues dans pratiquement chaque communauté (176 synagogues sur le territoire alsacien entre 1791 et 1914, sur un total de 256 en France). D’abord classiques aux lignes sobres n’attirant pas le regard, elles deviennent ensuite plus monumentales. À côté de quelques exemples de style orientalisant, c’est le style néo-roman qui domine.

Mais le déclin des communautés rurales entraîne peu à peu l’abandon de ces lieux de culte devenus vides de fidèles. Beaucoup sont détruites ou transformées, parfois de façon inattendue. Celles qui subsistent aujourd’hui constituent un ensemble unique qui mérite d’être sauvegardé et valorisé.

  • Synagogue de Struth
  • Synagogue de Pfaffenhoffen
  • Synagogue de Bouxwiller
  • Synagogue de Hochfelden
  • Synagogue de Benfeld

Les cimetières

Dans la religion juive il est interdit de déplacer une sépulture et ceci explique l’existence de nombreux cimetières anciens dont beaucoup sont encore utilisés aujourd’hui. Du cimetière médiéval de Strasbourg ne subsistent que quelques stèles conservées au musée de l’Ouvre Notre-Dame. Les cimetières créés après 1349 sont implantés sur des terrains inaptes à tout emploi agricole et regroupent un grand nombre de communautés. Les stèles de bois datant d’avant le 16ème siècle ont disparu (sauf une, qui est conservée au musée juif de Bâle en Suisse).

Les cimetières se multiplient au 17ème siècle. L’examen des pierres tombales est riche d’enseignement : les décors, comme les mains de Cohanim, l’aiguière des Lévites, la plume d’oie des scribes, informent sur l’appartenance du défunt. Le style des tombes permet de situer celles-ci dans leur contexte historique et on relèvera l’influence du classicisme, du baroque, du style Louis XVI. Souvent la végétation s’approprie les lieux et les inscriptions deviennent illisibles. Parfois les pierres elles-mêmes se détruisent car le grès est friable, emportant ainsi toute source de recherche historique.

  • Cimetière de Diemeringen
  • Cimetière de Struth

Les mikvés (bains rituels)

Le mot mikvé qui signifie littéralement "rassemblement des eaux" désigne un bassin d’eau pure provenant directement d’une source ou d’une nappe phréatique creusé dans le sol ou taillé dans le roc. Chaque communauté juive doit se doter d’un bain rituel, équipement essentiel pour permettre notamment la purification périodique des femmes. Les lois de pureté sont primordiales dans la religion juive. Le mikvé a une place plus importante que la synagogue dans la hiérarchie des institutions communautaires.

Du Moyen Âge ne subsistent que les vestiges d’un bain rituel du 13ème siècle à Strasbourg. À Bischheim, on peut voir un mikvé bien restauré pour lequel un escalier en pierre du 16ème siècle a été réemployé. Des mikvés plus modestes existent dans les caves de maisons particulières. Ce sont en général de simples fosses grossièrement maçonnées dans lesquelles on descend par quelques marches en grès.

  • Mikvé de Strasbourg
  • Mikvé de Bischheim
  • Mikvé de Hochfelden
  • Mikvé de Marmoutier
  • Mikvé de Diemeringen

Les collections

De très nombreux musées illustrent à la fois l’histoire des juifs d’Alsace et la place de l’Alsace dans l’histoire du judaïsme. On y trouve des collections d’objets pour le culte public et familial ainsi que des collections consacrées à l’histoire de certaines communautés locales ou personnages célèbres. Le tout nouveau musée judéo-alsacien de Bouxwiller offre un éclairage original sur les périodes successives du judaïsme alsacien.

On découvre aussi, dans les villes et villages alsaciens, des traces in situ de la présence juive : des "rues des Juifs", des inscriptions ou une simple date hébraïque sur un linteau de porte ou un poteau cornier, des encoches sur des montants de portes pour abriter la "Mezouza", témoins modestes qui rappellent la présence millénaire des juifs en Alsace.

  • Musée du Sceau alsacien (La Petite-Pierre)
  • Musée judéo-alsacien (Bouxwiller)
  • Synagogue restaurée (Pfaffenhoffen)
  • Musée historique (Haguenau)
  • Musée du Pays de la Zorn (Hochfelden)
  • Musée des Arts et traditions populaires (Marmoutier)
  • Musée de l’Oeuvre Notre-Dame (Strasbourg)
  • Musée alsacien (Strasbourg)
  • Musée Bartholdi (Colmar, Haut-Rhin)
  • Musée du Bucheneck (Soultz, Haut-Rhin)

Agence de développement touristique du Bas-Rhin - 4 rue Bartisch - F-67100 Strasbourg - Tél. +33 (0)3 88 15 45 88 - Fax +33 (0)3 88 75 67 64 - Mentions légales - Contact
Fermer