Deutsche Sprache Website in English

Installez le plugin Flash pour voir l'animation : Cliquez ici pour le télécharger

Réservez en ligne!
Diminuer la taille des caractèresAugmenter la taille des caractèresImprimerVersion PDFPlan du site
Voir la carte interactive GooglemapVotre carnet de voyage


Idées séjours


Vivez l'Alsace authentique !
3 jours / 2 nuits

A partir de 207 Euros /pers.

> Plus d'infos

Séjour en terre brassicole
2 jours / 1 nuit

A partir de 75 Euros /pers.

> Plus d'infos

Bonjour Strasbourg en famille
3 jours / 2 nuits

A partir de 90 Euros /pers.

> Plus d'infos

Ligne Maginot


Tourelles

Une ligne de défense

La Ligne Maginot est une ligne de défense composée d’ouvrages de tailles et de fonctions différentes répartis selon la topographie du terrain et l’importance stratégique des zones à protéger.

En Alsace, de nombreux ouvrages témoignent de cette organisation et ont été restaurés pour accueillir les visiteurs. Ils vous donneront une idée complète de ce qu’était la ligne défensive de la France.


La ligne fortifiée la plus puissante d’Europe

Dès 1920, les autorités françaises étudient la construction d’un système défensif moderne, le long des frontières avec l’Allemagne et l’Italie, puis avec la Belgique, afin d’éviter une nouvelle invasion, semblable à celle de 1914.

Au fil des travaux, exécutés de 1929 à 1940, plusieurs milliers d’édifices de béton et d’acier s’insèrent dans le paysage. Les plus imposants alternent avec les casemates et les observatoires d’artillerie.


Les travaux

Une décennie de grands travaux

A l’origine, les travaux devaient durer trois ans.

Ils seront en réalité bien plus longs pour s’achever en 1935 dans le Nord-Est et en 1940 dans le Midi. Le nombre des chantiers, la complexité de certains ouvrages et le contexte économique moins favorable à partir de 1932, expliquent cet important décalage.

En 1935, la construction de nouveaux ouvrages est entreprise, afin de compléter la défense existante. De nombreux blocs, de tous types et de toutes dimensions, verront le jour, souvent anarchiquement, ouvrant l’ère de la "fortification économique".

De 1938 à 1940, cependant, le Génie tente d’imposer quelques plans-types, utilisés pour les casemates, PC et observatoires de la dernière période.


L’Alsace : un réseau d’ouvrages dense

Située au cour du système, la Ligne Maginot d’Alsace compte près de 2.000 ouvrages. Leur grande diversité illustre bien l’articulation du dispositif. En 1940, quatre puissantes forteresses souterraines, comme le Hochwald, 2ème plus grand ouvrage de la Ligne, sont occupées par des "équipages" pouvant atteindre plus de 1.000 hommes.
Quelque 200 casemates - de 15 à 30 hommes - constituent les autres points clés du dispositif, avec les observatoires, parfois dotés de périscopes, et les abris souterrains ou en surface, véritables casernes sous béton. De nombreux blockhaus, enfin, sont répartis le long des 200 km de frontières.

Le gigantesque chapelet, long de 700 km,

constitue en principe un barrage infranchissable. Son efficacité s’appuie sur les feux croisés des différents blocs équipés de tourelles et de créneaux de tir.
Placés aux endroits stratégiques, les ouvrages blindés sont semi-enterrés, puissamment armés, dotés de liaisons téléphoniques et d’unités de production d’électricité.

Des kilomètres de galeries souterraines et de voies ferrées desservent zones d’accès et dépôts. Situés à une dizaine de kilomètres des frontières, ils s’inscrivent en réalité dans un véritable tissu défensif, large de 10 à 25 km et soigneusement organisé.

Trois sortes d’ouvrages :

  • des casemates de mitrailleuses distantes au maximum de 1.000 à 1.200 m.
  • des forts, véritables bastions occupant les points dominants, comportaient des pièces d’artillerie sous casemates ou tourelles. Ils étaient distants de 10 à 12 km.
  • des abris bétonnés à ras du sol ou en cavernes, étaient destinés au logement des troupes de réserve locales.

Un rempart fortifié de 200 km

Un double obstacle sous forme d’une bande extérieure de rails antichars puis d’une bande intérieure de réseaux de fil de fer, marque la lisière de la région fortifiée à une distance d’environ 5 à 15 km de la frontière.
Au-delà, les forts constituaient de véritables villes souterraines insoupçonnables en surface.


Les galeries

Des kilomètres de galeries

Les forts étaient organisés autour de blocs de combat d’où émergeaient des tourelles abritant des pièces d’artillerie. Ils pouvaient être espacés de 30 à 50 mètres.
À 30 ou 40 mètres sous terre, un réseau de plusieurs kilomètres de galeries reliaient entre eux les locaux souterrains comprenant magasin à munitions, infirmerie et douches, casernement, cuisines, usine électrique, ateliers de réparation, chambres de neutralisation de l’air gazé, poste de commandement. Des rames de wagons transportaient les munitions.


Agence de développement touristique du Bas-Rhin - 4 rue Bartisch - F-67100 Strasbourg - Tél. +33 (0)3 88 15 45 88 - Fax +33 (0)3 88 75 67 64 - Mentions légales - Contact
Fermer